mais encore...

mais encore...

mémoire 1 ( les belles siciliennes)


-I -  LES BELLES SICILIENNES

 

Il était une fois une belle reine sicilienne de 37 ans qui avait fui son pays d'origine en y

laissant un méchant mari, et s'était installée dans une agréable petite ville de Savoie. Elle y avait monté un petit commerce et menait une existence paisible avec la princesse, sa fille qui était la plus jolie fille que le soleil ait vue …

Cependant divers petits soucis de santé la conduisirent à consulter une « Mirgesse [1] » qui exerçait son art non loin de chez elle.

Celle-ci, entourée de ses potions magiques avait une méthode un peu surprenante ramenée de lointaines contrées asiatiques :

À la manière d'une magicienne, (ou encore d'une électricienne !), elle posait des petites aiguilles comme autant de petites antennes car elle savait tester la circulation de l'énergie dans le corps et les organes de ses patients …

 

  1. LE CORPS ENERGETIQUE VU COMME UN SYSTEME

 

La voici donc dans mon cabinet, et dès la première séance, je m'étonne de trouver une perturbation importante sur le trajet de la branche droite du méridien du foie, ainsi que sur la branche droite du méridien du gros intestin mais je me contente de noter méticuleusement mes découvertes sur son dossier  et traite quelques perturbations digestives et autres maux de tête avec mes aiguilles d'acupuncture piquées par-ci, par-là…

 

Au bout de quelques séances, la confiance s'installe, le dialogue est plus libre ...

(J'ai appris depuis qu'on appelait cela une compétence discrète : créer une alliance thérapeutique !)

Or, en médecine traditionnelle chinoise, chaque organe est associé à un sentiment ce qui permet d'orienter la conversation :


Ainsi, le foie est relié à la colère, et la polarité droite de la perturbation laisse supposer que cette perturbation est en relation avec l'aspect masculin de la vie.

Par ailleurs, le gros intestin, organe du tri est en analogie avec ce qu'on garde et ce que l'on ne garde pas. Il est donc relié au choix et par conséquent à la tristesse de la séparation

 

àJe lui révèle alors les analogies reliées à ses perturbations :

 

Notre Italienne, appelons là Maria, m'apprend alors qu'elle a eu également un fils, mais que celui-ci était resté avec son père en Sicile lorsqu'elle a divorcé, il y a 10 années de cela … Elle ne l'a plus jamais revu car la séparation s'était très mal passée. Elle avoue que  son existence est  rongée par la culpabilité de ce qu'elle vit comme un abandon. Elle se présente depuis toujours comme n'ayant qu'un seul enfant pour ne pas affronter cette réalité…

 

      REGARD SYSTEMIQUE

 

« Un système est un ensemble d'éléments qui entretiennent entre eux des interactions assez prégnantes pour produire, une identité, une unité et une frontière. »

 

Imaginez une population de milliards d'individus vivants sous le même toit, dans un état de bonheur perpétuel… Une telle communauté existe : il s'agit d'un corps humain en bonne santé !

Un corps humain est en fait une collectivité peuplée d'environ 50 milliards de citoyens unicellulaires qui collaborent, ayant développé des stratégies d'entraide visant à leur survie mutuelle. Ces citoyens se sont organisés en différents organes avec des interactions mécaniques et chimiques et le tout est donc considéré comme un système.


 

 

La médecine traditionnelle chinoise va aller plus loin, proposant un système avec des interactions énergétiques :

· Le système des 5 éléments :

 

La médecine chinoise décrit d'une part un cycle « d'engendrement » où l'énergie passe d'un organe au suivant :

- selon un cycle diurne (ex : de 2h à 3h l'énergie maximale est au foie, c'est l'horaire classique des « crises de foie », puis de 3h à 5h au poumon, et c'est l'horaire des crises d'asthme…)

- selon un cycle saisonnier basé sur la pensée analogique des 5 éléments.

 

                                                        

                                                                                                                                                                                                                                                                         A  l'image d'un modèle systémique, on peut parler de « résonance » d'une émotion avec un organe :

  •         Ainsi le foie est en analogie avec le bois – printemps - vert, organe de l'expression, de l'extériorisation, et donc au sentiment puissant de colère.

§       Le bois brûle donnant naissance au feu – été - rouge avec l'organe coeur et le sentiment de joie.

§       Le feu engendre la terre -fin de l'été - jaune relié à rate-pancréas et le « spleen [2] », soucis.

§       De la terre, on extrait le métal – automne –blanc avec l'organe poumon et les soupirs de la tristesse.                                                                         

§       Et enfin le métal se fond en eau – hiver - noir, avec par analogie le  rein, et le sentiment de peur.

 

  On décrit d'autre part un cycle de destruction, agissant en      rétrocontrôle avec :

 l'eau qui éteint le feu, le feu qui fait fondre le métal, le métal qui coupe le bois, le bois qui épuise   la terre, et la terre couvre l'eau.

 

 

· Introduction d'images analogiques

 

Ces analogies proposées dans une conversation thérapeutique permettent donc de sortir d'une vision mécaniste de la pathologie. Le symptôme est alors vu comme un signal, un mécanisme d'auto régulation que l'on peut charger d'une connotation positive :

 

« C'est le meilleur moyen que l'organisme ait trouvé pour assurer sa survie. »

 

 

On va ainsi, à la lumière d'un interrogatoire systémique pouvoir l'interroger de façon plus ou moins circulaire :

 

Ø    Comment va votre foie ?

Ø    Si votre foie pouvait parler, que voudrait-il nous dire?

Ø    A votre avis, à qui peut s'adresser cette colère ?

Ø    A quel événement important  fait écho cette perturbation ?

Ø    Quelle question aimerait poser votre foie ?

Ø    Qu'est ce que votre foie vous suggère de faire ?

Ø    Et si on pouvait voyager dans un vaisseau jusque dans votre foie, avec une bonne lampe torche, que verrions nous ?

 

On peut même utiliser un artifice encore plus systémique que je trouve bien pratique, en faisant intervenir un expert qui pourrait voyager dans le vaisseau intracorporel :

Ø    Et que dirait l'expert ?

Ø    Quel conseil pourrait-il vous donner ?

Et une ruse magique, si besoin  pour contourner un pauvre  « Je ne sais pas… » :

Ø    Et si vous saviez, ce serait quoi ?

 

 

Il s'agit de proposer ici un dialogue plus ou moins dirigé durant  la séance lorsque le patient est couché sur le lit d'examen avec ses aiguilles.

On peut ensuite proposer de reprendre ce dialogue intérieur le soir, à l'endormissement, et d'écouter les réponses qui peuvent être présentes le matin au réveil…

Car, comme chacun le sait, « la nuit porte conseil ».

 

 

 

  1. SE RELIER A NOS ANCETRES : L'IMAGE DE LA PYRAMIDE

 

Très rapidement Maria prend rendez-vous pour sa fille Julia, 14 ans, qui vient me consulter pour des problèmes de dysménorrhées. Nous abordons plus facilement l'histoire familiale. Elle me dit qu'elle va très bien et qu'elle n'a pas besoin de son père.  Quant à son frère, elle n'en a que très peu de souvenir, et de toute façon il est dans le clan sicilien paternel et ça ne l'intéresse pas.

Chez Julia, la perturbation énergétique dominante est placée sur le méridien « maître du cœur », ainsi que sur deux points du rein sur les chevilles nommés « mer lumineuse ».

 

Le méridien du maître du coeur est responsable des relations affectives (amour, amitié, affection) et les deux points du rein  « mer lumineuse » situés sur les chevilles sous la malléole interne parlent de nos racines parentales, cette mer étant la source originelle de la vie.

 

 

La médecine traditionnelle chinoise a été fortement  influencée par la pensée de Confucius et de Lao-Tseu.

Lao-Tseu, lettré et libre-penseur marque la pensée chinoise par une destruction presque systématique des limites, il est à l'origine de la cosmologie taoïste.

Confucius au contraire, est un philosophe proche de l'empereur, installé  du côté du pouvoir.

Confucius installe en Chine des préceptes qui pérennisent en général l'ordre établi et qui ne me sont pas toujours très sympathiques, mais parmi eux je retiens celui de la « piété filiale » plus connu sous le terme que je trouve plus chargé de « culte des ancêtres » .

Je décris à ma façon ce concept avec une image où les enfants  sont en quelque sorte « debout sur les épaules de leurs parents ».

                                                       

Grâce à cette impressionnante pyramide des aïeux, au fur et à mesure que l'on recule de génération en génération, on  peut visualiser ceux qui sont eux au rez-de-chaussée, puis plus bas encore  dans la cave, les pieds dans une noirceur plus ou moins inquiétante, et on peut imaginer les derniers arrivants, perchés au sommet qui peuvent grâce au soutient de leurs ancêtres voir enfin par-dessus le mur.

 

àJe propose simplement cette image à Julia

 

- « C'est difficile de se tenir en équilibre sur les épaules d'une seule personne : deux appuis valent toujours  mieux qu'un … »

 

A la fin de la séance, je montre à Julia encore pieds nus,  un petit exercice postural de Qi Gong [3] qui consiste en position debout, à sentir en silence nos appuis au sol, en soulevant un pied, l'autre, puis en se balançant de  droite à gauche pour finir par s'ancrer dans le sol.

Je lui explique que  nous avons sous les jambes un point d'acupuncture nommé « source jaillissante » qui fonctionne comme la prise d'un téléphone  portable quand on le pose sur sa base, ce qui nous permet de nous recharger.

 

 

 

ÿ  REGARD SYSTEMIQUE

 

On introduit ici une métaphore, qui porte comme son nom l'indique  le regard plus loin, et provoque une  secousse dans le système.

La proposition de cette image relie le patient à un système plus vaste sans toutefois  imposer de changement.

L'expérience posturale n'a pas la prétention d'une véritable « sculpture », mais permet néanmoins de ressentir de manière puissante l'image proposée plus haut.

Elle s'accompage de questions qui enrichissent la perception et amènent de nouvelles informations:

  •      Vous êtes comment là ?
  •      Et dans votre corps, dans les pieds, des tensions ?
  •   Si vous deviez changer quelque chose ?



1.     Femme mage dans le village  ayant le pouvoir de discerner la maladie

 

2.     Spleen, la rate en anglais

 

[3] Le Qi Gong, littéralement « maîtrise de l'énergie »  fait partie intégrante de la médecine chinoise au même titre que l'acupuncture, les massages ou  la phytothérapie.

Il intègre une pratique comprenant des automassages, des postures statiques et des enchaînements ainsi que des méditations.

Sa pratique est fondée sur un contrôle du mouvement lent et détendu, synchronisé à la respiration, et associé à la pensée qui dirige l'énergie à l'intérieur du corps.

 

 



23/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 100 autres membres